Le retour

Le retour, ce n’est pas qu’une date. Ce n’est pas qu’un trajet en avion.

Plus qu’une question de géographie, le retour, c’est quitter un état mental pour retrouver celui qu’on a quitté, des mois auparavant.

retour01

Rentrer, c’est se réadapter. Retrouver un équilibre.

Et ça peut prendre du temps.

Il y a d’abord l’aspect physique. Ton corps ne comprend pas ce que tu lui fais subir. Il se réveille en pleine nuit, veut dormir à midi, a faim à des heures incongrues.

Puis, il y a les réflexes. Des choses toutes bêtes. Tu parles à quelqu’un sur Facebook ou Skype et tu calcules le nombre d’heures de décalage… sauf qu’il n’y en a plus. Tu rêves de ton sac à dos parce qu’il va bientôt falloir le refaire pour repartir… sauf que tu ne repartiras pas tout de suite. Et peut-être pas avec.

retour02

Tu imaginais les retrouvailles avec tes amis et ta famille. Tu pensais tout leur raconter dans les moindres détails. Mais la vérité, c’est que ce n’est pas possible. La plupart de tes anecdotes ne réveillent rien en eux et la vie reprend comme si tu n’étais jamais parti. C’est difficile de partager un voyage avec quelqu’un qui ne l’a pas vécu.

La solitude du voyage se transforme en solitude du retour. On n’est pas vraiment seuls. Les gens qu’on aiment sont là et on peut les voir assez régulièrement. Mais on reprend notre petite vie sans le plaisir de découvrir une nouvelle ville, ses habitants, sa nourriture… C’est un sentiment étrange surtout quand on sait qu’on souffrait aussi de solitude à l’étranger. On a l’impression de ne jamais être content et du coup, on n’en parle pas (ici, ça ne compte pas).

retour03

Il faut se ré-acclimater. Ré-apprendre les petites choses.

Reprendre son train-train quotidien.

Et l’améliorer.

Car les voyages, ça sert aussi à ça. A faire le point. A améliorer constamment son quotidien et sa petite personne.

Le voyage te donne un nouveau souffle. Grâce à lui, tu débordes de projets. Certains sont irréalisables, d’autres seront facilement oubliés, mais parmi eux un ou deux réussiront à sortir du lot et à voir le jour.

retour04

Le retour…

C’est un sentiment doux-amer.

Une fin.

Mais aussi le commencement de quelque chose d’encore plus beau, d’encore meilleur.

Et pourquoi pas… un nouveau départ ?

Publicités

11 réponses à “Le retour

  1. Le retour, c’est comme avoir des bijoux dans sa poche et personne ne sait à quel point il a été nécessaire d’ouvrir son cœur et ses tripes pour avoir cela, mais un jour vient où l’on n’a plus envie de les sortir comme ça. On devient exigeant avec ses souvenirs, on distille alors avec précautions et douceurs tous nos trésors. Alors on découvre que les autres sont comme les enfants au moment de Noël, émerveillés. Alors, on comprend qu’il faut atterrir doucement dans la vie des autres et profiter de ce moment de vide pour s’émerveiller encore d’avoir fait tout cela.

    • C’est beau, ce que tu dis 🙂
      Je tenais juste à mettre des mots sur ce que quelqu’un qui voyage ressent parce que ceux qui n’y sont pas habitués ne le comprennent pas… J’espère que le message est bien passé.

  2. Quand je pars, même juste quelques jours, je suis toujours heureuse de rentrer. Je retrouve mon compagnon, mon lapinou, mes amis et mon foyer. Toutes ces petites choses accumulées, pleines de souvenir. Je retrouve aussi l’impression d’enfermement, le quotidien, le temps qui passe avec régularité et tout ce que j’avais laissé en plan.
    La vie ne nous attends pas, sauf les machins pénibles, les entraves sociales. Dur de faire sans. Mais partir élargit les horizons. Étrangement, c’est en regardant au loin, en prenant conscience de l’immensité du monde et de la multiplicité et de la diversité des hommes que j’arrive à me recentrer.

    Rentrer est parfois comme revenir un peu en arrière. Regarder ses pieds plutôt que loin devant. Mais ça permet de dégager le chemin des embuches juste sous notre nez. Tu ne reviens pas tout à fait la même que celle que tu étais en partant; il suffit de lire ton blog pour le réaliser. En ne connaissant que cette infime partie de toi, il me semble déjà évident que ton chemin interne est infiniment plus long et plus riche que tes kilomètre parcourus autour du monde.

    J’ai beaucoup d’admiration pour le courage qu’il t’aura fallu pour partir. Rentrer aussi demande du courage. Surtout quand tu décides de changer les choses, d’explorer ton quotidien avec un autre angle, et de tailler ta route hors des sentis battus.

    Au plaisir de lire tes prochaines aventures !

    • Oui, rentrer a évidemment son côté agréable, mais étant donné que je suis célibataire, il n’y a personne qui m’attend à la maison. Je pense que ça joue énormément.
      Comme tu le dis, pour moi, les voyages servent aussi à faire le point. A m’éloigner de certains problèmes pour mieux les appréhender.

  3. Je partageais totalement ces sentiments en revenant de mon année d’expatriation en Australie, qui fut riche en tout ce que tu décris si bien (rencontres, apprentissages, péripéties et parfois belles frayeurs), mais si difficiles à partager sans ennuyer l’autre ou l’agacer « parce qu’on a de la chance de voyager ». Du coup, on préfère garder tout cela pour soi. Quelque part c’est normal. Et ça fait réfléchir aussi à l’intérêt que l’on porte aux autres, et aux efforts que l’on pourrait soi-même faire pour s’intéresser davantage à son entourage 😉 Je trouve.

  4. c’est très juste ce que tu écris sur le retour… dans ma jeune vingtaine je suis partie une année en Lettonie, j’ai mis plus de temps à revenir, et à apaiser mes colères contre des amis qui ne se sont pas arrêtés quand je suis rentrée (je leur en voulais de ne pas tenter de partager mes souvenirs, et encore plus de na pas partir eux même pour s’ouvrir au monde et s’ouvrir à eux même!!) que mon année loin de tout le monde!! j’étais jeune et exigeante… mes autres retours ce sont mieux passés car je me suis orientée vers des personnes qui étaient prêtent à accueillir ce que j’avais envie de partager… j’ai décider de ne pas tout partager mais de garder des trésors pour moi pour mes souvenirs sans photos pour ne pas gâcher mes émotions!!
    le départ est plus facile que le retour… sûrement parce que je sais que je vais retrouver ce que je laisse pour un temps mais je rentre en laissant ce que je ne retrouverai pas ….
    merci beaucoup pour nous faire partager tes voyages, tes pensées, t’ouvrir à nous….

    • Oui, c’est ça. On a plein de chose à partager, mais les gens en face de nous ne sont pas forcément prêts à les entendre. Alors, il faut bien cibler ses « victimes » 😉
      Ce n’est pas grave en soi… mais ça fait partie de ce que l’on vit à chaque fois qu’on rentre. Enfin, pour ma part, en tout cas.

  5. Comme je suis curieuse, j’adore quand quelqu’un me raconte son voyage, des expériences nouvelles, des rencontres. Même si, parfois, le pays de départ ne m’intéresse pas, je finis toujours happer par les anecdotes de mon interlocuteur. J’ai du mal à concevoir qu’il soit difficile de « partager » son voyage. Je conçois que sa famille (qu’on a pas choisi) soit réticente voir totalement imperméable à nos histoires, mais c’est un peu triste si tu n’arrive pas à échanger et partager avec tes amis. Je trouve cela tellement formidable de vivre ailleurs….
    Là, j’ai eu l’opportunité de visionner un film de mariage qui a été fait au viet-nam entre un époux occidentale et une jeune femme d’une famille très aisée. Le truc pourrait sembler rasoir mais en fait, j’ai découvert comme se passer un mariage traditionnel vietnamien. Le côté « diapo de vacances » ne m’a pas dérangé, et les passages kitch m’ont fait hurler de rire.

    J’espère vraiment que tu vas raconter encore plus d’anecdotes et d’impression ici !

  6. C’est tellement vrai !! On s’imagine le retour comme un truc de fou, des retrouvailles à n’en plus finir, à raconter son aventure… et en fait non 😀 ça me l’a fait lors de mon premier voyage (5 semaines « seulement ») et je savais que ce serait pareil après 8 mois d’absence.
    Et en fait, pour tout dire, j’avais plus peur le jour du retour que le jour du départ. Parce que tu sais ce que tu quittes, mais tu ne sais pas trop ce que tu retrouves ! Heureusement les proches, les vrais, sont toujours là 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s